Projet LaSécu

Notre visite, nos impressions

Par admin heliodore, publié le lundi 29 octobre 2018 08:07 - Mis à jour le lundi 29 octobre 2018 08:16
DSCN0734.JPG
Le mardi 17 octobre, on est allé à LaSécu, pour voir les œuvres d’Eric Monbel, un artiste lillois, avec notre professeure de français, Mme Leroy. Au moment où nous sommes rentrés, nous avons vu des portes de sécurité, qui ressemblent à des portes de prison. On nous a expliqué qu’avant, c’était la Sécurité Sociale, d’où son nom.
Aussi, quand on est rentré, ça sentait beaucoup la peinture. Puis une dame très gentille nous a accueillis, elle nous a dit de poser nos sacs sur des fauteuils. 
Après, on a fait le tour de l’exposition. Mme Leroy a fait le guide d’une partie de l’exposition. Dès la première œuvre, Mme Leroy nous a expliqué qu’Eric Monbel utilisait de la peinture à l’huile. Après, on a été dans la salle d’à côté. A ce moment, on a vu la peinture sur les brancards. On ne voit jamais les visages des personnes peintes, car il ne voulait pas les peindre, parce qu’il n’a pas vécu la guerre. A la guerre, il y avait du sang, et il ne l’a pas vu, c’est pour ça qu’il n’a pas mis de sang sur ses peintures. Après, on a fait un atelier, on devait choisir une œuvre, et la décrire.
« Le temps est passé très vite, en une heure, on n’a pu voir que quatre ou cinq œuvres » Léa.
« J’ai trouvé ça bien, c’est passé vite » Rania
« C’était bien, j’ai trouvé ça amusant, mais c’est passé vite » Gwenëgane.
 
Article écrit par Violette, Gwenëgane, Léa et Rania.
 
Mercredi matin, au moment du cours de français, nous avons fait une sortie à LaSécu. Nous avons constaté que la plupart des peintures sont faites à l’huile. Sur les premières œuvres, on a pu remarquer des chirurgiens mis en valeurs par les effets de lumière.
Aucune présence de patient. Peut-être que les médecins se rendent compte que leurs patients ne peuvent pas être sauvés.

 

Nous avons ensuite parlé des peintures avec des masque à gaz. Ils déformaient les visages, si bien que les hommes ressemblaient à des mouches.
Puis, nous sommes allés dans une salle avec des hommes blessés, mais aucune trace de sang. Les œuvres ont été peintes sur des brancards, et le peintre Eric Monbel a fait en sorte de ne pas dessiner les expressions de visages.
Rafaël trouve que ne voir que le corps ne montrait que la moitié des émotions. Séraphin trouve que l’exposition est chouette parce qu’avant d’y aller, il pensait que les peintures seraient plus réalistes. Anatole trouve que c’était plaisant, car la sortie est instructive et intéressante. Judicaëlle trouve que le moment passé était captivant.
 
Article écrit par Judicaëlle, Séraphin, Rafaël et Anatole.
 
 
 
Hier, nous sommes sortis à LaSécu, voir l’exposition d’Eric Monbel. Il représente la guerre, sans montrer les visages et le sang. Il représente des blessés. Eric Monbel peint à la peinture à l’huile. Il ne peint pas que sur des tableaux, mais aussi sur des brancards.
Léoanna : « j’ai bien aimé l’exposition ».
Emma : « j’ai trouvé que c’était intéressant et qu’on voit qu’Eric Monbel voulait représenter la guerre ».
Nous avons adoré cette exposition à LaSécu car on adore les expositions.
 
Article écrit par Léoanna, Emma et Syhanna.
 
 
 
 
Le mercredi 17 octobre 2018, nous sommes partis à LaSécu. Nous avons observé des œuvres avec de la peinture à l’huile. On pouvait observer des œuvres d’Eric Monbel. Il y a des chirurgiens qui opèrent une personne blessée. La plupart des peintures sont faites sur des brancards. On aperçoit qu’il y a plusieurs œuvres, qui sont sur le thème de la médecine. C’était sur le thème des guerres mondiales. Il n’a pas mis de sang et de visage. Il a grandi, entouré d’objets historiques, comme des masques à gaz, parce que son père collectionnait les objets liés à la guerre. On a vu des personnes avec des brassards de la Croix Rouge, et des brassards sur lesquels il était écrit « SB ».

Avant, à LaSécu, c’était la Sécuritué Sociale. Les barreaux ont été laissés.
On pensait qu’au début, ça allait être ennuyant, parce qu’on allait parler d’une œuvre, très longtemps. Mais vers la fin, nous avons essayé de reproduire une œuvre qu’on aimait bien.
On a aussi aimé, quand on a essayé de comprendre le tableau avec les deux chirurgiens, où on a l’impression qu’ils opèrent.
On s’est très bien amusé à LaSécu, simplemet, c’était trop court, pour une sortie. A refaire !
 
Article écrit par Amine, Ouweis, Jawad, Zakaria.